Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Les "Rencontres" arrow Rencontres passées arrow Philosophie le (25/02/2004) par Elodie Cassan
Philosophie le (25/02/2004) par Elodie Cassan Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
La notion de passion de l'âme chez Descartes
Traditionnellement, les passions sont perçues comme des troubles de l'âme qui altèrent l'individu et influencent ses actes, souvent en mal. Passionnément amoureuse d'Hippolyte, son beau-fils, et se sachant menacée par sa rivale Aricie, la Phèdre de Racine va mentir à Thésée, son mari, pour faire condamner à l'exil le fils de ce dernier et lui éviter de revoir celle qui a su « trouve[r] le chemin de son coeur ». Représenter les passions comme désordre intérieur de l'être, comme émotion qui l'emporte sur les certitudes rationnelles va de pair avec leur condamnation morale. Consciente de son état, Phèdre se déteste et cherche à mourir. Cette approche des passions est remise en cause par Descartes dans sa dernière oeuvre publiée, les Passions de l'âme (1649).A partir de ce texte, il s'agira de voir comment Descartes s'y prend pour définir les passions comme des phénomènes naturels et non comme des perturbations, et comment il tire de cette explication des passions « en physicien » des conséquences morales mais pas moralisantes.